L’expérience de Marie, médiatrice au collège Max Dormoy, 18e

Samuel Rousseau, "Sans titre (bulle)", 2001 © Samuel Rousseau / Galerie Guy Bärtschi, Genève.
Samuel Rousseau, Sans titre (bulle), 2001 © Samuel Rousseau / Galerie Guy Bärtschi, Genève.

 

Accrochée dans le hall d’entrée du collège Max Dormoy, l’œuvre de Samuel Rousseau, Sans titre (bulle), est une sculpture composée de bidons d’eau, de jambes et de bras d’un mannequin.

À partir de l’œuvre, nous avons créé un atelier plastique destiné aux élèves des classes de 5ème, de 4ème et de 3ème. L’objectif est de faire comprendre aux élèves qu’une sculpture n’est pas forcement réalisée à partir de matériaux nobles.

Nous avons dans un premier temps présenté l’artiste et l’œuvre en la rapprochant du ready-made. En prenant pour exemple la Fontaine de Marcel Duchamp et l’anecdote du salon des indépendants de 1917, nous avons réfléchi à la notion d’œuvre d’art et à ce qui la compose. Nous avons également abordé le thème de la pollution que l’artiste évoque dans son œuvre. Nous avons présenté aux élèves différents exemples d’œuvres d’art faites à partir de déchets, notamment le projet réalisé par Vik Muniz retranscrit dans un film intitulé Waste Land, dans lequel l’artiste s’immerge dans une décharge publique pour créer des reproductions d’œuvres d’art avec les déchets.

Avec l’aide de Rodolphe Rino, le professeur d’art plastique, nous avons demandé aux élèves d’observer le travail de Samuel Rousseau et de le redessiner, dans une volonté d’appropriation de l’œuvre. Par la suite, nous leur avons proposé, durant 3 séances d’une heure, de créer une œuvre végétale à partir de déchets qu’eux-mêmes devaient apporter. Se prêtant au jeu, les élèves ont ramené des cartons et des emballages plastiques pour créer un végétal : une fleur, un arbre, etc.

© Marie Bonhomme - FMAC, Paris
© Marie Bonhomme – FMAC, Paris
© Marie Bonhomme - FMAC, Paris
© Marie Bonhomme – FMAC, Paris
© Marie Bonhomme, FMAC, Paris
© Marie Bonhomme, FMAC, Paris

 

Le 9 avril, l’artiste est venu expliquer aux élèves sa démarche artistique, son parcours, et répondre aux questions. Samuel Rousseau a montré ses précédents travaux en soulignant la pluralité des médiums et des thèmes qu’un artiste peut développer au cours de sa carrière. À l’issu des séances de créations, les élèves ont présenté leurs travaux de groupes, et montré à leur classe comment ils se sont réappropriés les déchets pour créer une œuvre d’art.

Un article de Marie Bonhomme, médiatrice au collège Max Dormoy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s